Ouverture de Lost Town

Bonjour.

Quoique ce site ne soit pas le lieu le plus fréquenté, et que je doute ce faisant faire oeuvre de publicité en présentant le projet ici, je profite de l’ouverture officielle de Lost Town en cette fin de semaine pour présenter le projet rapidement, dire en quoi il est intéressant et pourquoi j’y participe.

f:id:Marcelin:20160222065456p:plain

LOST TOWN est un site de jeux vidéos fondé essentiellement par un très bon ami à moi qui possède tout mon respect, qui est au moment où j’écris ces lignes le Game Designer de Narcosis, un jeu PC sur le point de sortir, site dont j’ai été un peu (mais très modestement) un des co-fondateurs puisque j’ai plus ou moins participé à donner naissance au bébé, par mon humble contribution. Ce site a en fait une longue histoire derrière-lui (nous héritons de contributeurs et d’articles écrits pour d’autres plate-formes par le passé depuis ces six dernières années), et en total, il propose déjà plus de trois-cent articles sur un nombre très divers de jeux vidéos sur les quarante dernières années, souvent peu connus, et de qualité très diverse, avec une véritable variété dans les contributions et une vraie qualité d’analyse chez certains contributeurs (je pense notamment à mes collègues Haganeren, le pseudonyme du fondateur, mais aussi à Folkenfiende, qui proposent des articles de haute qualité). L’essentiel des contributeurs et des articles disponibles sont donc le fruit d’une longue participation et de personnes aguerries qui connaissent correctement le sujet dont ils parlent.

Cela pourra de prime abord surprendre : que vient faire un site de jeu vidéo au milieu d’un site qui parle essentiellement de politique, de littérature et d’actualité ? Outre le fait que j’y ai participé et que j’y participe encore (je vais être notamment en charge de la vérification de l’orthographe et de la qualité d’un certain nombre d’articles parmi les plus anciens, et il y en a bien besoin), c’est aussi car je considère que Lost Town propose une vraie plate-forme de qualité que j’en parle, et que je fais sa publicité. Il participe d’un mouvement de réflexion sur le jeu vidéo qui vise à rendre ce médium à la culture (n’oublions jamais qu’en France ont été décorés de l’Ordre des Arts et des Lettres il y a déjà dix ans de ça trois Game Designers… c’est certes une décoration un peu fantoche, mais l’acte de reconnaissance sociale demeure important), et notamment à faire prendre conscience qu’il possède une Histoire, et des jeux parfois d’une vraie qualité tant esthétique que littéraire qu’il serait dommage de louper en ne voyant que l’aspect mercantilo-capitaliste de son avatar actuel, qui est bien réel, mais qui n’est pas toute son histoire, car il y a aussi des gens derrière ces projets, des idées, des tentatives créatives, parfois réussies ou parfois avortées, et un vrai espace d’expression en train de se créer qui mérite que l’on s’y intéresse. En outre, c’est oublier que tout medium évolue avec son temps, et qu’on voit le jeu vidéo emprunter des voies de plus en plus marquées dans le « jeu d’auteur », avec notamment le principe du financement participatif, ce qui ne laisse pas de faire réfléchir sur son potentiel, et mérite de nous faire regader en arrière sur ce qu’il a bien pu exprimer également dans les quarante dernières années depuis sa naissance dans les couloirs du MIT comme petit délire d’étudiants.

http://i.kinja-img.com/gawker-media/image/upload/b9gurqb5fdiankgdoy7o.jpg

Dan Edwards et Peter Samson jouant à Spacewar en 1962. La naissance du jeu vidéo.

Le jeu vidéo est un medium avec beaucoup de potentiel, et parfois, flaner sur un site avec de bons spécialistes permet, même si l’on ne s’intéresse que lointainement à cet univers, d’un peu mieux palper ce qu’il a pu proposer et quelles sont les voies qu’il a empruntées. J’ai tendance à voir le jeu vidéo comme un medium en pleine naissance, qui, un peu comme la bande dessinée, reste encore un peu vu comme un média d’enfant à ses débuts, mais qui commence définitivement à décoller depuis les dix dernières années avec une reconnaissance de plus en plus claire de la société. Evidemment, disant cela, l’on a conscience que « jeu vidéo » en soit est un concept creux, et qu’on peut y exprimer autant de réalités et de choses que l’acte filmique peut produire du cinéma, des documentaires, des reportages ou de la propagande.

Lost Town est dans l’inspiration fraternelle d’un site américain nommé HardCore Gaming 101 avec lequel nous sommes (théoriquement) partenaire, qui a déjà publié des livres sur l’Histoire du jeu vidéo. Par Lost Town, notre ambition est essentiellement de proposer des bases de données de qualité, par des gens connaissant le sujet, de l’Histoire du jeu vidéo et de l’immensité de sa richesse à travers les dernières décénnies, encore naissant.

A titre personnel, je serai contributeur également sur le site, même si je ne posterai pas beaucoup d’articles (j’ai tendance à favoriser la qualité à l aquantité). Chaque fois que j’aurais posté un article, je vous en ferai part ici par un billet, non pas tant pour faire gloire à mon travail que pour aider modestement à faire connaître Lost Town, qui est un projet qui est et qui doit être aidé. J’en profite pour bien préciser que Lost Town est un projet participatif, qui fonctionne sur la collaboration de ses contributeurs, et que si des jeunes passionnés de jeux vidéos lisent ces lignes, qu’ils sachent que l’on est ouvert à toutes les contributions : c’est la réalisation de l’acte d’écriture seul qui nous intéresse, et nous ne jugerons personne sur son profil ou ses idées, uniquement sur la qualité de ce qu’il fait ! (Et comme le site hérite de nombreuses années d’écriture, on sait qu’on a pas mal d’articles bien moyens aussi de notre côté, et on n’est pas non plus inquisiteurs… donc essayez, venez !)

On accède au site ici : http://lost-town.com/

Voilà, c’était mon moment de soutien pour les petits projets de l’internet, faits par des jeunes qui veulent donner plus de lisibilité à un medium potentiellement artistique encore très méconnu dans sa dimension historique. J’en reparlerai de temps à autres, si cela intéresse certains !

Semiko

Student in Japanese studies and specializing in story telling and modern Japanese pop culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *